Ouvrir sa réflexion sur son besoin et relever ses défis

par | 25 octobre 2020 | Zoom

Episode 1.

Vous, dirigeant(e) d’une (petite, ou grande) entreprise, avez vécu une période confinée, au cours de laquelle, votre vision, votre représentation de la réalité concrète ou abstraite a peut-être été bousculée.

Vous avez peut-être, aussi, vécu des besoins de franchir, de parcourir un ou des obstacles, une ou des gènes.

Ce que nous dit la période, c’est que nous passons d’un paradigme à un autre paradigme, et que nous passons de l’incertitude à l’ignorance face aux événements de crise. Parce que le choc vécu nous propulse dans l’inconnu et que nos outils familiers ne permettent pas de traverser l’incertitude pour retrouver une vision stabilisée. La vision a besoin de recul pour qu’il y ait sens et compréhension pour chaque individu et pour le collectif. Ce que vous ne savez pas, et encore moins dans un moment de crise et de vision dérangée, c’est que vous portez en vous l’histoire de votre futur.

Vous avez peut-être aussi la solitude du dirigeant qui parfois vous affecte, parfois vous dynamise. Vous vous interrogez sur votre capacité de recul et vos pouvoirs de savoir et de décision tant attendu par vos salariés.

En médiation, l’ignorance est à l’origine des conflits. L’ignorance du chef qui ne sait pas mener, réagir donner le cap dans la difficulté, l’ignorance du chef qui ne reconnait pas les réactions variées mais légitimes de chacun. Cette ignorance va réactiver la tendance à chercher le bouc émissaire, dont vous êtes aussi une cible privilégiée.

Vous allez alors faire ce que vous faites habituellement et bien, mais cela ne rassurera pas vos salariés. Vous allez par exemple ajouter des règles et des normes, à celles qui existent déjà, mais au lieu de rassurer, celles-ci peuvent aussi provoquer des tensions. Par exemple, le pourcentage de temps passé à se laver les mains, à changer de masques sur le temps réel de travail ; certains ont calculé que cela prenait 25 % du temps de travail. Quel effet sur la production et la performance dont chacun était fier ?

Traverser votre vision, parce que vous portez en vous votre futur, est une belle réponse pour re-connaitre et développer une puissance de réflexion rapide, autrement dit, votre savoir de prise de recul et de questionnement. Vous avez la pratique de montrer le résultat de vos actions, plus rarement celle de montrer leur cheminement.

« Il faut être nomade, traverser les idées comme on traverse les villes et les rues.”

– Francis Picabia / Ecrits II

Article rédigé par

Pascale Secretant

Posts récents :